Appel à troller le ministère !

Précaires, twittos, trolls de toute l’université, hashtaguez-vous !

Pour fêter la science à défaut de sauver l’université, le gouvernement organise sur une semaine (du 8 au 16 octobre) quelques événements destinés à masquer le naufrage institutionnel derrière la bonhommie ministérielle. Et, pour ajouter un peu de guignolerie à l’incurie, le même gouvernement a lancé un hashtag destiné à accompagner ces délicieux événements : #FDS2016

Comme il est probable qu’à part de pauvres stagiaires exploité·e·s agissant sur ordres de leurs tuteurs, rares seront les responsables politiques à en user massivement, le collectif des précaires a décidé de joindre ses efforts à ceux de nos gouvernants pour aider à trender le dit hashtag, afin de donner toute la visibilité nécessaire à l’état de délabrement actuel de la recherche en France.

Quiconque le souhaite est donc cordialement invité·e à tweeter ce que bon lui semble sur la précarité académique, la pénurie de moyens, la concentration personnelle et clanique des pouvoirs institutionnels ou quelque autre maux qui s’abat sur nos établissements d’enseignement public, en accompagnant sa pensée d’un #FDS2016 et, pourquoi pas, d’un #FêtedelaPrécarité, au nom de la convergence des tweets.

L’idée est aussi, pour que le trollage soit réussi, de re-twitter les paroles des copains/copines, puisque plus on est de fous, plus on twitte. Si vous vous demandez ce que vous allez pouvoir twitter, pensez déjà à tout le contenu amassé sur le site Précaires-ESR, aux mobilisations récentes comme #VraisProblèmesUniversité, à “Mon amphi va craquer”, ou simplement à des récits personnels. Vous pouvez aussi amener des gens à participer au troll de manière plus ou moins volontaire, en mentionnant dans vos commentaires (@ quelqu’un) des journalistes bossant sur la science ou la précarité, des syndicalistes, des hommes/femmes politiques ayant été en charge de l’ESR, des candidat·e·s de primaires gauches-droites-verts etc., des soutiens parmi les titulaires… Si un débat se crée, c’est encore mieux.

Si vous êtes motivé·e·s par l’opération, vous pouvez aussi rejoindre une boucle de mail concernant la programmation automatique de tweets (il suffit de vous manifester sur la boucle nationale ou à la commission presse-com), et inviter vos amis/soutiens ayant twitter à re-twitter les mots des précaires ! Les mots d’ordre sont bien sûr imagination, galéjade et pollution.

Si par ailleurs vous êtes très fier·e·s de vos trouvailles tweetesques, n’hésitez pas à nous les faire parvenir pour qu’on les inscrive au panthéon du bon esprit universitaire.