Communiqué des doctorant·e·s Mobilisé·e·s à l’adresse des instances de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Nous vous signalons qu’à ce jour le traitement du mois de décembre des ATER leur a été incomplètement versé. Pour les ATER à mi-temps d’enseignement il leur reste dû entre 150 et 200 euros ; et pour les ATER à temps plein d’enseignement entre 350 et 400 euros. L’Université ne leur a pas non plus versé la moitié de la prime annuelle d’enseignement et de recherche, pourtant versée avec le traitement de décembre. Pour les premiers cela représente 270 euros euros et pour les seconds 539,75 euros.

Les ATER à mi-temps ont donc perçu ce mois-ci à peine 1000 euros, tandis que les ATER temps-plein voient le montant de leur rémunération de décembre amputé de plus de 800 euros, ce qui représente entre le tiers et la moitié de ce qu’ils auraient dû toucher : ceci est inacceptable.

Alors même que le versement des rémunérations est avancé pour l’ensemble du personnel de l’Université au 21 décembre afin de leur permettre de prévoir sereinement les dépenses relatives aux fêtes de fin d’année, comment les ATER vont-ils/elles pouvoir assurer leurs dépenses relatives à la vie courante, en ne touchant qu’une partie de leur traitement ?

Nous exigeons donc que leur traitement complet leur soit réglé dès les premiers jours du mois de janvier et nous demandons de connaitre les raisons de ce manquement, sur lequel aucune communication n’a été faite, laissant les ATER concerné·e·s découvrir leur salaire tronqué cette semaine.

De plus, nombre de doctorant·e·s contractuel·le·s chargé·e·s d’enseignement entré·e·s en fonction en cette année universitaire n’ont toujours pas perçu, et ce depuis septembre, la part de leur rémunération relative à leur mission d’enseignement. Il en est de même pour les enseignant·e·s vacataires.

À la place de la mensualisation des vacations, la présidence se dirigerait-elle vers la démensualisation des Doctorants contractuel·le·s ayant charge d’enseignement et des ATER ?