Paris I dans un bocal

Le collectif des doctorant.e.s mobilisé.e.s de Paris 1 retient que l’université fonctionne de plus en plus avec des personnels non titulaires, payé.es au lance-pierre et dont le statut est très précaire, au détriment des postes de titulaires qui se raréfient malgré l’augmentation du nombre d’étudiant.es. En définitive, titulaires, non titulaires et étudiant.es en pâtissent et c’est l’ensemble du système que l’on tire vers le bas.