Paye tes vacations !

L’université, un employeur irréprochable ?

Mme la ministre de l’enseignement supérieur utilise l’argument du paiement des vacataires pour faire débloquer des facs et dissoudre les conseils centraux de l’Université Toulouse Jean Jaures. Pourtant, les vacataires travaillant dans les universités n’ont pas attendu ce mouvement social pour connaitre régulièrement des retards importants dans la signature de leur contrat de travail et le versement de leur salaire.

Tous les ans, nous sommes nombreu.ses à travailler sans contrat de travail et à attendre notre paiement pendant de longs mois. Nous refusons donc de nous faire instrumentaliser ainsi, alors que, malgré les multiples sollicitations et mobilisations collectives, et pendant que le ministère travaille sur la refonte du « référentiel métier des enseignants chercheurs » et le président sur une conférence européenne pour un “Bologne bis”, rien n’est envisagé pour résoudre les problèmes des vacataires. Ces pratiques doivent cesser.

Lançons collectivement des recours

Suivant l’appel de la CNU à déposer des recours juridiques contre l’ensemble des irrégularités commises au sein des universités, nous appelons tous les personnels vacataires et non titulaires des universités à envoyer à vos employeurs dès la fin prévue de vos missions une lettre recommandée demandant votre paiement sans délais (voir le modèle ci-joint). Considérant que tout recours juridique doit être précédé d’un recours gracieux, cette lettre peut être la première étape dans ce processus. Nous appelons les personnes qui décident de participer à cette action à le déclarer par un mail à l’adresse  afin que nous puissions nous compter et mesurer les possibilités de poursuivre cette action par des recours juridiques.

Une action accessible à toutes et tous

Cette action comporte l’avantage de pouvoir être réalisée de manière individuelle et avec des risques limités. Ne craignez pas que cela vous empêche d’être recruté l’année prochaine, rappelez-vous que ce sont les enseignants chercheurs qui sélectionnent les enseignants (vacataires, ATER ou MCF) et que l’administration, à laquelle vous adressez votre lettre, peut difficilement s’opposer à leur choix. Si vous êtes salariés par ailleurs et pensez que dans ce cadre les retards de salaires sont moins gênants, dites vous que tous les salariés doivent être payés en temps et en heure, et que seule une action massive poussera les universités à prendre des mesures générales. Enfin, sachez que vous avez quatre ans pour réclamer votre dû après la fin du contrat effectué.

Le collectif lillois des précaires de l’enseignement supérieur

——————————————————–

Nom, prénom
adresse

adresse du service gestionnaire de l’université

date

Objet : Demande d’acquittement d’une créance échue et non honorée et d’intérêts moratoires

Madame, Monsieur,

A ce jour, je n’ai pas été payé pour les vacations suivantes, effectuées au sein de votre université.

– (mission) à (département), (service effectué – nombre d’heures et dates)

Je vous demande par la présente le paiement du principal et le versement d’intérêts moratoire et d’indemnité de retard sur la base du taux de l’intérêt légal, en vertu de la Circulaire du Budget n°140 du 24 octobre 1980.

Veuillez recevoir, Madame, Monsieur, l’expression de mes salutations distinguées.

Signature