Qui sommes-nous ?

Charte fédératrice du Collectif national des travailleur·e·s précaires de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche

Version finale adoptée (après amendements votés ou adoptés au consensus) lors des Rencontres Nationales des 28 et 29 mai 2016

Note sur les sigles : ESR = Enseignement Supérieur et Recherche, CN = Collectif national des travailleur·e·s précaires de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche, RN = Rencontres Nationales des 28 et 29 Mai.

Introduction

Le Collectif national des travailleur·e·s précaires de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche est un collectif fondé autour de l’appel fondateur du 13 avril 2016 dans le cadre du mouvement contre la loi « Travail » et fédérant au niveau national les collectifs locaux et/ou catégoriels réunissant des précaires de l’ESR selon des périmètres d’actions décidés par leurs membres (doctorant·e·s, docteur·e·s, enseignant·e·s/chercheur·e·s non-titulaires, BIATS, stagiaires, l’ensemble des précaires de l’ESR etc.). Le CN se dote de principes communs dans cette charte permettant de mettre en cohérence et partager les initiatives, travaux, analyses produits localement et de leur donner une perspective nationale. Le CN coordonne les actions au niveau national afin de renforcer les rapports de force locaux et national en direction du Ministère et des institutions nationales de l’ESR. Son site « precairesesr.fr » est une plate-forme d’information destinée à relayer les initiatives locales des collectifs fédérés et nationales.

Principes fondateurs

Les collectifs membres du CN adhèrent aux principes évoqués dans cette charte et à l’appel du 13 avril et à la plate-forme de revendications. Nous nous mobilisons pour la défense des droits des non-titulaires de l’ESR et la conquête de nouveaux droits, dans une perspective de convergences catégorielle au sein de l’ESR et de convergence des luttes au niveau global.

Cadres d’échanges nationaux

Afin d’assurer des échanges au niveau national de manière démocratique et asynchrone, le CN se dote d’outils numériques et de cadres d’échanges physiques adaptés :

  • une liste mail nationale, nommée « bonjour » sur laquelle l’ensemble des membres du collectif national peut être inscrit·e et sur laquelle chacun·e peut diffuser des informations utiles au collectifs, des comptes rendus d’initiatives locales, externes au collectif, etc. .
  • des listes mails de commissions sur laquelle sont inscrit·e·s des membres des collectifs locaux et par le biais desquelles échangent les commissions sur la base du mandat qui leur est donné lors des RN.
  • un wiki permettant un travail collaboratif en ligne, accessible à tou·te·s les membres du CN, autour de sujets portant sur des points spécifiques ou sur les travaux généraux des commissions.
  • l’ensemble des outils numériques utilisés sont, autant que possible, hébergés sur des plateformes respectant la protection des données personnelles, la sécurisation des échanges et financièrement et écologiquement éthiques.
  • des RN régulières, permettant à tous les collectifs au niveau national de se rencontrer, échanger leurs expériences et décider des orientations générales du CN et mandater les commissions entre deux RN

Commissions

Entre deux RN, les commissions sont les cadres d’échange associés à des thématiques spécifiques. Les commissions travaillent à la préparation des débats de manière non-décisionnelle sur les sujets qu’elles considèrent important et agissent de manière décisionnelle sous mandat des RN. Ses membres sont désignés par les RN ou cooptés par les collectifs locaux et sont révocables par les RN. Autant que possible et afin que l’ensemble des collectifs puissent y participer, leurs réunions se font avec une possibilité de visioconférence. Autant que possible, chaque collectif tente d’envoyer une personne dans chaque commission pour les faire vivre.

Ces commissions sont créées par les RN et sont :

  • Commission analyse-revendications : Chargée de synthétiser les différents travaux existants. À partir de ce travail, il s’agira de dégager des revendications communes au niveau national et de centraliser la documentation existante pour les diffuser.
  • Commission animation nationale : Chargée de mettre en lien les différents collectifs partout en France. Elle prépare, en lien avec les collectifs locaux et les autres commissions, les RN. Elle organise la diffusion de bilans réguliers des activités locales et nationales et coordonne la mise en place des actions nationales, soutient les collectifs locaux dans leurs activités. Elle est en charge, en lien avec les collectifs locaux et les autres commissions, des relations au niveau national avec les organisations syndicales et professionnelles de l’ESR. Celle-ci comporte au moins un membre de chaque collectif local. Sa composition est tournante et change à chaque rencontre nationale. Les collectifs locaux veillent à ce que les personnes qui sont envoyées respectent autant que possible un principe d’alternance sur la base du genre.
  • Commission action : Chargée de préparer et d’organiser les actions du CN, d’évaluer leur faisabilité et d’articuler les diverses temporalités locales. Du fait de sa nature spécifique, si elle agit sur mandat des RN, elle peut se doter des moyens d’échanges et de diffusion d’information anonymes et sécurisés.
  • Commission juridique : Chargée de recenser nos droits de travailleur·e·s et d’évaluer la possibilité d’action juridiques visant à les faire respecter.
  • Commission outils : Chargée d’accompagner les collectifs dans le choix, la gestion et le développement de leurs outils, autant que possible libres, éthiques et sécurisés. Les discussions collectives ont lieu sur la liste et l’adresse sert pour la gestion technique des services, la modération, le partage des mots de passe et les autres questions devant faire l’objet d’une attention particulière pour la sécurité/vie privée des participant·e·s aux collectifs. Les collectifs locaux sont invités à se doter d’un·e référant·e en lien avec la commission outils.
  • Commission presse et communication : Chargée de développer la visibilité du mouvement via notre site web (en collaboration avec la commission outils), les réseaux sociaux (nos comptes Diaspora, Twitter et Facebook), la presse (contact avec les journalistes, rédaction d’une tribune) et tout autre moyen de communication possible et imaginable (flyers, stickers, vidéos…)
  • Les tâches de porte-parolat sont confiées à la commission presse et communication et concernent les réponses aux sollicitations de la presse. La commission prête attention à la rotation des personnes mandaté·e·s et au respect des rapports de genre, la localisation géographique (IDF/non-IDF), statuts, racisé·e·s/non racisé·e·s etc. Les mandaté·e·s usent, afin de ne pas mettre en danger les camarades, de noms d’emprunts non-genrés.

———————–

Un annuaire des collectifs locaux est en ligne : n’hésitez pas à nous contacter !

Voir en plein écran